Translate

lundi 29 mars 2010

Fantastic Mr Fox


Ce renard là est surement avec le Fox in the snow des Belle & Sebastian, le plus pop des renards.
Fantastic Mr Fox est un film d'animation unique en son genre, comme le dit souvent la formule, pour les 7 à 77 ans (bien que j'en connaisse une de 84 ans qui s'en fera un régal). Il est adapté du succulent roman de Roald Dahl, écrivain né en 1916 au Pays de Galle de parents norvégiens dont les histoires pour enfants, comme Matilda ou Charlie et la chocolaterie ont une renommée planétaire. Ses romans sont nourris de ses lectures de jeunesse, Dickens, les histoires mirifiques de trolls mais aussi de la passion de ses parents pour la musique, la peinture et la botanique. Il devient à 17 ans pendant la seconde guerre mondiale, pilote de chasse, ce dont il parlera dans son autobiographie Esquadrille 80. (photo de Roald Dahl étudiant). Installé plus tard aux USA, Forrester et Hemingway lui conseillent d'écrire. Son premier roman The Gremlins sort en 1942.
Egalement journaliste pour le New-yorker, aussitôt qu'il vend un article il s'empresse d'aller s'offrir un Matisse pour tapisser sa cabane de jardin "gipsy house" où il griffonne. Passionné, prolifique, l'auteur connut réellement du succès qu'à partir des années 60 et d'une manière forte originale et excellemment réussie, le réalisateur Wes Anderson lui rend à travers le film Fantastic Mr Fox, un brillant hommage.

heroes and villains
Wes Anderson que j'ai découvert grâce au film La vie Aquatique avec Bill Murray et une BO fournie de titres de Sigur Ros à David Bowie, n'est pas à son premier coup de maitre. Le réalisateur américain signe la famille Tenenbaum, A bord du darjeeling lmtd et à chaque fois, montre son talent pour travailler l'esthétique, la musique, valorise l'histoire et la rend merveilleusement cinématographique.
Tous deux, ont malgré une dose de tragédies familiales, gardé cette créativité "pop-naive" à toutes épreuves. Bien qu'ils ne soient pas d'une époque commune, leurs univers se croisent, communient et de leurs profils liés découle un film synergique et entier. Anderson va habiter quelques temps la propriété familiale des Dahl pour écrire le scénario, à Great Missenden dans le Buckinghamshire, en Angleterre.

Wes Anderson raconte comment il s'est imprégné de l'univers de Roald Dahl : "Liccy m'a montré la célèbre cabane où son mari écrivait. Le soir, elle m'a laissé examiner les manuscrits de Roald Dahl. Un archiviste m'a fait me laver les mains deux fois avec un savon spécial et m'a demandé de fermer tous les rideaux et de verrouiller la porte quand j'aurais fini. J'étais seul avec des dizaines de brouillons écrits à la main. Il y avait plein de dessins de Roald Dahl dans les marges, et cela m'a permis de comprendre comment il créait ses histoires. J'avais le sentiment qu'il était avec moi, et qu'il regardait par-dessus mon épaule.


C'est un magnifique film, très stylé, griffé, et porté à l'écran en version originale par les voix de George Clooney et Meryl Streep (Bill Murray, Roman Coppola, etc), sur une musique signée Alexandre Desplat, compositeur d'une classe et d'une créativité absolue, dont la présence gratifie encore plus Fantastic Mr Fox. La BO et son enregistrement sortent des murs du studio de Abbey Road et offrent la participation du fabuleux Jarvis Cocker pour Petey's song.
Wes Anderson a ce soucis de la perfection dans les détails du dessin et du respect de l'auteur original et de son âme artistique, ce qui donne un brin de nostalgie touchante au long-métrage.
Difficile de parler d'Alexandre Desplat ici en quelques mots.. Le compositeur a à son actif plus de 80 BO, des récompenses à faire frémir, des créations allant de la bande originale de The Queen au prochain Harry Potter, de Coco avant Chanel à Twilight, mais aussi des compositions pour Valerie Lemercier et Charlotte Gainsbourg, chef d'orchestre du Royal Philarmonic de Londres, il est le compositeur de musiques de films le plus performant et talentueux depuis Georges Delerue.
http://piggledypop.blogspot.com/2008/02/georges-delerue.html
Fantastic Mr Fox est un film qui a de la personnalité, cousu par des mains d'artistes au don infini que je conseille de voir, évidemment, absolument ! Sortie 17 février 2010.


Fantastic Mr Fox est un chef d'oeuvre. Il propose de l'humour cocace, de la féerie émouvante, de l'ésthetique romantique et une musique magistrale. On peut y retrouver l'univers de Dahl, avec les personnages proches de la marionnette, un peu dandy, originaux et loufoques. Les héros cultivent le côté décalé avec sophistication et drôlerie; les répliques fines et mordantes ravissent les adultes tout comme la tendresse des renards et autres animaux sauvages parlent aux enfants. Les traits, les tonalités de couleurs propulsent dans les matières nobles, fusain, bois, toiles, comme Dahl les utilisaient du temps de son écriture et de ses croquis.

samedi 13 mars 2010

Hannah


Hannah est un duo niçois, Emmanuel Alarco et Laurent Tamagno, qui apparait sur les scènes en 2009, assurant plus d'une vingtaine de concerts de Paris à Marseille.
Cela fait plusieurs années qu'Emmanuel se produit en solo et en 2010, c'est enfin la consécration. L'Ep Ben's boy Hero & Prehistory est disponible depuis février et la presse salue ce coup de maître. Les Inrocks : " à lui tout seul, il forme une chorale enflammée qui fait voltiger les cieux californiens..." Biba : " il est capable de bâtir ses propres cathédrales sonores."

Emmanuel Alarco a effectivement plus d'un atout dans sa besace. Une voix porteuse, prophétique et magique. Il est de ces voix, dont la poesie est toute en vérité, dont la musicalité invite aux portes du coeur et de l'esprit du jeune homme, dont la majesté et l'intimité habillent les textes. On connait cela chez Elliott Smith, Pete Yorn ou Jonsi de Sigur Ros.
Une des cartes maitresses d'Emmanuel est son don pour l'écriture. Ses arpèges et ses arrangements accompagnent lucidement et naturellement sa voix. Ben's Boy Hero & Prehistory est composé de 4 titres, qui se font écho et se consultent. L'ambiance folk emmène sur les chemins de Nick drake ou d' Eagles. Hannah donne de la matière instrumentale en dessinant un paysage d'harmonies lyriques et symphoniques tout en étant en acoustique. Ce qui prouve la qualité des mélodies et l'art de savoir écrire une chanson, créer une mélopée qui perdure. La capacité de composer un air qui reste en tête sans avoir besoin d'avoir le cerveau laminé par la radio ou la télé tient du don, du réel talent. Là on entre dans les normes pop de Gainsbourg et des Beatles.
Hannah a un autre point fort : le charisme. Les deux complices, Emmanuel et Laurent ont sillonné la France et Londres en jouant avec The Delano Orchestra, Jude, Holden, Yodelice ...,avec guitares, batterie et cette énergie passionnée. Le public est attentif et envouté.

Emmanuel a composé la musique de Prehistory après un coup de coeur pour un texte écrit par Laurent Herrou, dont le blog, L'emploi du temps, consacré à ses travaux d'écriture, laisse rêveur. Emmanuel reprend ses mots, en version anglaise et le résultat est excellent.
Prehistory à écouter sur le myspace de Hannah : myspace.com/hannahorhannah

"tu t'allongeais dans le noir, tu attendais que les autres soient au lit, tu restais seul dans le salon, le casque sur les oreilles tu passais tes disques les meilleurs, c'était des 33 tours, kate bush en tête, tu n'avais pas besoin de lumière pour dégager les disques de leur pochette, pour les positionner sur la platine, tu savais sur quelle touche il fallait appuyer, même les yeux fermés, pour lancer la rotation, le saphir craquait en touchant le vinyle, la musique ne se faisait pas attendre, tu connaissais les intros par cœur, au blind test tu aurais fait un malheur, sur l'appareil les décibels dansaient en petites pointes vertes et rouges quand la chanteuse montait trop dans l'aigu ou quand les basses s'emballaient, que la musique t'emportait la tête, tu te levais alors, tu regardais la place déserte dans la nuit, le vent qui faisait trembler les palmiers, tu te souviens d'une atmosphère de préhistoire, la ville dormait, debout, à l'affût, tu cherchais dans le mouvement des palmes un message pour l'avenir, la nuit chuchotait que tu deviendrais quelqu'un et toi, unique, solitaire, tu écoutais" Laurent Herrou


http://vimeo.com/7946888

lundi 8 mars 2010

World Atlas


Les World Atlas, mutants twee-pop, clones bienvenus des Belle & Sebastian, sortent leur premier ep éponyme demain 9 mars. Ils l'ont enregistré en janvier dernier au sein du label Magic Marker. La joyeuse équipe de Brooklyn est rejointe par Fred Thomas du groupe Saturday looks Good to me à la guitare et les filles de Umbrella Girls aux tambourins.
La voix de Brian Groux, leader du groupe, et celle de Stuart Murdoch sont impressionnantes de ressemblance !

La guitare d'Alex Haager et la basse de Jenny Logan swinguent diaboliquement et le clavier psyché d'Omer Shemesh est nettement dévergondé. Les cordes, l'harmonica euphorique et Laura Ashley à la trompette, Brandy Ruelas au vibraphone, sur la batterie pétillante de Jonathan Nigro forment un ensemble alternatif puissant. C'est mélodieux et accrocheur. Les compositions groovent et balancent. Les World Atlas atteignent avec cet opus les cimes du genre pop. Ils participeront légitimement au Pop Fest de New-York le 22 mai et à celui d'Athens au mois d'aout. Leurs mélodies pop orchestrales sont influencées par Camera Obscura, Belle & Sebastian, This is Ivy League, the Pastels, Velvet underground, ou encore les Smiths et laissent entrevoir un album à venir des plus brillants et raffinés. A suivre !
myspace.com/theworldatlas

dimanche 7 mars 2010

Sparklehorse


Je ne voulais pas parler de la disparition de Vic Chesnut le 28 décembre dernier; Triste nouvelle que cette perte au moment où les fans du groupe Black Eyes Pisse s'empiffraient d'huitres grasses. Hier samedi, c'est le couperet qui tombe avec l'annonce de la mort de Mark Linkous des Sparklehorse. Le groupe américain avait sorti un magnifique cinquième album, en juin 2009, Dark Night Of the Soul, simplement splendide; Album gravé d'amicales collaborations et participations d'artistes, dont celle de Vic Chesnut.
No comment.

Participations à Dark Night Of the Soul: Strokes, Cardigans, Iggy Pop, Grandaddy, Flaming Lips, Black Francis, Gruff Rhys, The Shins, Suzanne Vega, Vic Chesnut.

sparklehorse.com

jeudi 4 mars 2010

Lawrence Arabia


Il y a des rencontres magiques, bénies des dieux, comme celle avec Lawrence Arabia alias James Milne, qui vous hydratent de bien-être dans une traversée du désert. Ce jeune artiste à la barbe hirsute n'est ni Jésus, ni un ayatollah paumé dans ses montagnes de Nouvelle-Zélande. James Milne est le nouveau Jonathan Richman, un disciple des Beach Boys qui propose son deuxième album en janvier 2010, joliment nommé Chant Darling. Même s'il a quelque chose d'un digne héritier de Brian Wilson, ce James là aurait plus à voir avec le premier ministre tasmanien Sir James Milne Wislon (1812-1880).

Avec son port de tête indétronable et son style sophistiqué, second degré, Lawrence Arabia n'est pas né de la dernière pluie. Membre des Ruby Suns, de Okkervil River, de The Brunettes, il se produit sur scène également avec Feist et d'autres talibans de la pop.
http://piggledypop.blogspot.com/2008/05/ryan-mcphun-ruby-suns.html



Chant Darling est un disque d'une absolue drôlerie et auto-dérision, galbé d'un esprit sarcastique des plus fins. Les paroles sont succulentes. L'ambiance sixties qui garnit les 10 titres, tantôt psyché, tantôt groovy, amène la pop à son solstice. Ses morceaux dégainent des partitions de guitares et trompettes festives et enthousiastes. Look like a fool, titre beatlesien en ouverture, présente la voix de James, envahissante, tendue, d'ailleurs proche de celle de John Lennon. Les distensions de guitares accueillent la flûte et les choeurs poppeux, puis les cordes des violons. Le mistral vient rafraichir la torpeur des arrangements dans le second titre The Undesirables, mélancolique, pour enchainer sur 8 autres chansons torrides et toniques. Chant Darling est un disque calibré, franc, façonné par Lawrence Arabia pour faire swinguer dans les chaumières.

myspace.com/lawrencearabia
deezer