Translate

mardi 29 juin 2010

Arnaud Fleurent-Didier

Communiqué :

Bonjour à toutes et à tous !

Découvrez l'auteur, compositeur et artiste complet, Arnaud Fleurent-Didier ! Il nous fera découvrir son univers lors d'un vidéo Chat d'une heure le 02 juillet sur AlloMusic !

Rendez-vous le vendredi 2 juillet à partir de 18h :
http://www.allomusic.com/chat

On vous attend nombreux et nombreuses !

La Team

vendredi 25 juin 2010

Axel and the Farmers

Par soucis de date et de délai, on me demande d'enlever la chronique sur Axel and the farmers.
Elle sera derechef en ligne en Aout pour la sortie du disque.
Désolée pour les lecteurs qui apprécient d'être informer avant l'heure.

mercredi 23 juin 2010

Club 8


Club8 nous livre un septième disque plein de soleil, ça sent le monoi et les gambas grillées. Je n’aime pas le terme croquignol de “galette” pour désigner un disque, mais là le mot galettas sied mieux.
Présentation des Club8 dans ma chronique là: Piggledy18/06/2008

Les deux suédois Karolina et Johan ont un don pour explorer puis appliquer divers styles musicaux dans leurs compositions. De la pop à la bossa, ils créent une ambiance samba dans leur dernier albulm The People's Record paru le 10 mai dernier. A l’écoute de l’album on est trimballé aux Antilles, drapé de sons haïtiens, balancé au Ghana, envahi par la rythmique des tambours sacrés de Cuba. Il y a une pléiade d’instruments qui construisent une structure rythmique ensoleillée sur tout l’album, tous assurés par Johan. Sa créativité nordique resplendit aux côtés de Karolina, rayonne dans les guitares et le chant. L’ensemble est fabuleusement tropical.

shapeUpMP3

The People's Record est un tryptique sonore : la voix d’ange de Karolina accompagnant le pétillant des accords de Johan, une vague de chaleur à écouter tout l’été qui tanne l'oreille, la classe délicate et enjouée du duo suédois Club8.
Les guitares de Johan swinguent, ses coups de tambour armé de ses couronnes de sistres bondissent. Plonger dans les sons parfois zouk de Isn’t that great permet d'imaginer Frankie Vincent s’enfiler du hareng RollMops, s'immerger dans les claviers psyché caribéens de Dancing with the mentally ill permet de voir les Aphrodites Childs avec leurs jupes à bananes dans une pub pour les biscottes Wasa, écouter l’excellent Like Me et ce sont les gens de Boney M qui ont des cornes de vikings qui poussent sur leurs coupes afro. Les cuivres assaisonnent les 10 titres d’ambiance latino fort galbée.


People speak, le titre qui conclut The People's Record, termine l’écoute de manière spirituelle via la voix de Karolina qui annonce “I’m going to be air and sky when I die”. Le duo scandinave s’inspire de son séjour au Brésil et avec le mix de l’ingénieux producteur Jari Haapalainen (The Concretes, Camera Obscura) rend hommage à la culture ouest-africaine.
Disponible en cd ou vinyle. Labradorlabel
myspace


Club 8 "Western hospitality"Labrador Records

jeudi 17 juin 2010

Cats on Fire


Voilà ce que j'écrivais en janvier 2009 sur les Cats on Fire : Quator finlandais mené par l'auteur-compositeur Mattias Bjorkas depuis 2004, les Cats on Fire apparaissent dès 2006 avec un ep fracassant : Draw In The Reins.
Depuis leurs compatriotes 22 Pisterpirkko, peu de groupes pop avaient autant attiré l'attention que ces quatre matous blondinets. Mattias chante avec ses trois compères. Il joue de la guitare acoustique, Ville Hopponen gratte sa guitare electro, Kenneth Höglund est bassiste et Henry Ojala est batteur. Leurs compositions sont entrainantes, dansantes. Il semblerait que les Cats on fire aient mangé du lion (ou du KitKat) car ils remettent le couvert en 2007 avec un album flamboyant de pepites indie-pop The Province Complains.

YourWomanMP3

Our Temperance Movement
est sorti en 2009 et derechef, les tigres offrent un 20 titres détonnant Dealing in Antiques paru le 12 mai 2010, avec d'anciens titres, des raretés, une reprise de White Town, Your Woman et des nouveautés. Cette jolie collection de titres permet un travelling musical sur huit années productives du groupe.
Mattias Bjorkas a ce rayonnement dans la voix qui rappelle les Clashs, Kevin Rowland des Dexy's Midnight Runners, les accents britanniques de Morrissey. Le son des guitares, de la batterie est volontairement proche de celui de la pop indé des années 80 (Pulp, Housemartins), de la veine de Johnny Marr (Smiths, Modest Mouse), ce qui restaure une atmosphère élégamment nostalgique.

TheHagueMP3

Les cats on Fire sont néanmoins bien ancrés dans les années 2000, de par leurs productions alternatives et dansantes cousines de celles des Lucksmiths comme sur My Friend In Confortable Chair ou celles des Essex Green sur Solid Work, Stars, Happiness is chemistry et de par leur correspondance aussi au movement tweepop du moment.
The Hague, une de leurs récentes chansons, composée de chant, piano et de trois guitares, les éloignent des Smiths pour les faire flirter davantage avec le style des Kings of Convenience.
Les Cats ont passé les portes du pop underground et des frontières finlandaises. Ils jouent de 2002 à 2010 partout en Scandinavie, Asie, Angleterre, Allemagne, Espagne, Portugal, Italie et sur divers festivals comme les popfest de New-york et San Francisco. Rien en France.
myspace
Site



mardi 15 juin 2010

Donna Regina


Couple à la vie, à la scène, les Donna Regina sont depuis les années 90 le duo electro-pop le plus bossa et ensoleillé d'Allemagne. Ceux qui aiment Lali Puna ou Saint-Etienne seront apprécier à leur juste valeur Regina and Günther Janssen.
Donna Regina
qui aime chanter Avec le Temps de Leo Ferré est vite repéré par le label Rough Trade et sort l'opus Lazing away en 1992. Le duo downtempo passe les frontières de Cologne. Suit en 1993, Almaty sur lequel ils reprennent La Madrague, 1994 parait For her Beautiful Heart avec également des titres en français comme Loin de Moi et On dirait.

Regina et Günther forment un duo étincellant tant au niveau composition que dans l'execution et rencontre en 1996 leur nouvel acolyte multi-clavieriste Steffen Irlinger qui les rejoint dans l'aventure. Leur style electro low-fi fuse et de vrais instruments comme le piano, les guitares, mandoline, métallophone, cuivres complètent les mélodies organiques. La voix cristalline de Regina voltige de plus belle dans A quiet Week in the House de 1999 et ses titres splendides comme Star Ferry II.

StarFerryII

2002 est la sortie de leur cinquième disque Northern Classic et le trio passe le Rhin, direction la France. Alors que Regina s'amuse à reprendre C'est la Ouate de Caroline Loeb, le trio présente Late en 2003 à son public de fans naissant et joue sa pop mélancolique à Paris où le producteur du label Tricatel, Bertrand Burgalat, est accroché. Ensemble ils enregistreront le superbe et tricatelien album A Collection Of Little Secrets, sorte de carte postale sonore, un puzzle remixé des cinq premiers albums. Ces quatorze morceaux sont parsemés de rythmes chauds, de sons électroniques limpides et dansants commentés ainsi par les Inrocks "c'est en petit comité, à l'abri de la foule, en atmosphère feutrée, que les délicates compositions florales de Donna Regina trouvent le terreau le plus fertile pour s'épanouir. Günther manie avec délicatesse machines, clavier et guitare (parfois hawaïenne) pour arroser les pétales vocaux de sa compagne, tantôt proche de la Nico de Chelsea Girl, par son phrasé parfois martial. Donna Regina offre donc un voyage electro-pop sans turbulences".

Slow Killer apparait en 2005 et Regina continue ses prouesse vocales, oxygenées et aériennes. L'album reparait en 2007 en vinyle et le label Berlinois Karaoke Kalk qui s'occupe des intérêts du trio depuis 2000, concocte toute une vague de cds et vinyles réussis et probants ; Karaoke Kalk est un label prolifique qui ne manque pas de distinction et qu'il est conseillé de découvrir.

UntilYouDo

La dernière production The Decline Of Female Happiness verra le jour le 18 juin 2010. Je chouchoute ce dernier bijou de Donna Regina, constitué de 10 titres pop dont Until you do, Perfect stranger, Lost Sunday et le sublime Diamond of the day, bossa et dansant. Les autres titres sont plus electronica et résonnent sur des paroles introspectives, féminines et sensuelles. Il y a du son analogue mélangé à du Kinks, du Velvet, du Astrud Gilberto et de l'esprit de la Nouvelle Vague.

The Decline Of Female Happiness fait danser de Berlin à Bueno Aires, du Brésil à Paris, éspèrant bientôt Donna Regina de retour en France pour nous délivrer leur nouveaux secrets.
myspace
KaraokeKalk

CestLaOuateMP3

lundi 7 juin 2010

Divine Comedy (Bis)


Voilà le dixième album Bang Goes The Knighthood de Divine Comedy, pour fêter ses 20 ans de carrière, sa toute nouvelle liberté vis-à-vis de sa maison de disques puisqu'il crée son propre label avec sa complice manageuse.

11 titres et une floraison de sujets contemporains qui plantent l'album dans un décor panaché. Alors que les thèmes de l'architecture, de l'art conceptuel viennent roder dans Down in the street Below, "Way up high in a phallic tower, You’re swimming in a tiny galaxy of stars, Knocking back mojitos at the cocktail bar, Talking ’bout burritos and conceptual art", dans Assume the perpendicular "We just want to go to a stately home built in the Georgian style...Lavinia loves the lintels - Anna, the architraves, Ben’s impressed by the buttresses thrust up the chapel knave", dans The lost Art of Conversation "But then he tried to be a hero, Tried talking ’bout Jean Miro", le topique du day-to-day, de l'actualité est présent dans The Complete banker, qui traite de la crise économique et des traders "So I caused a second great depression, what can I say...But God I loved it, making a profit from somebody’s loss, I never knew exactly whose money it was, And I did not care as long as there was lots for me", "Lusting in the mausoleum Lola has a lover in the city bank".

Il y a aussi biensûr une pincée de nostalgie traitée avec drôlerie dans At the Indie Disco, lieu qui rassemble les souvenirs du jeune Neil Hannon "We’ve got a table in the corner that is always ours, Next to the poster of Morrissey...Give us some Pixies and some Roses and some Valentines Give us some Blur and some Cure and some Wannadies"

AtTheIndieDiscoMP3bonus

Les instruments fourmillent sur les 11 plages, les titres sont arrosés d'arrangements originaux, symphoniques pour Down in the street below, pop rebondissants dans Neapolitan Girl, swingués dans Have you ever been in love, fanfarons dans Can You Stand Upon One Leg.
C'est un défilé d'ensemble de cordes, d'instruments à vent, de guitares, mandolines, accordéons, claviers oniriques et clavecin. Sachant que l'homme reste humble et vit de manière non alambiquée, ses excentricités artistiques et grandiloquentes sont bienvenues. S'il n'était pas là pour offrir ce genre chamber-pop si joliment exécuté, méga fleuri de sons, je ne vois pas qui le ferait.

Neil Hannon travaille actuellement sur une comédie musicale Swallows And Amazons qui sera jouée au Old Vic Theatre de Bristol dès Noel 2010, et déjà l'ambiance cabaret et joyeuses parades transpire sur Bang Goes The Knighthood dans son approche instrumentale. En bonus, le disque est vendu avec un double cd enregistré à la Cité de la Musique à Paris qui contient 10 titres, Amsterdam (Jacques Brel), Poupée De Cire, Poupée De Son (France Gall), Les Playboys (Jacques Dutronc), The Songs That We Sing (Charlotte Gainsbourg), Les Copains d’Abord (George Brassens), Sexy BB ('Initiales BB' de Serge Gainsbourg + 'Sexy Boy' de Air) etc. L'irlandais est amoureux de la France et nous le prouve en honorant de sa présence la salle Pleyel le 8 Juillet prochain pour le festival Days Off, un retour le 20 septembre à la Cigale, et un live en black-session sur France Inter ce soir à 22h.
myspace



Interview

dimanche 6 juin 2010

Divine Comedy


Que dire sur Divine Comedy et son créateur Neil Hannon? Cet artiste est un personnage dont l'âme burlesque et romanesque véhicule une élégance et un chic rare, un don pour la création musicale qui ébaubit. De manière objective et subjective, il est le meilleur compositeur de pop de ces décennies; J'assume mon fanatisme.

Neil Hannon, né en 1970 à Derry en Irlande ne cesse d'offrir depuis la création de Divine Comedy et son opus Fanfare for the comic muse en 1990, produit par John O’Neill (The Undertones) des chansons magistrales. Toujours en progression, en ascension, fidèle à ses convictions artistiques, ce garçon érudit est le plus populaire des nobles musiciens, l'aristocrate le plus pop.

Libération apparait en 1993, inspiré de Chambre avec vue de James Ivory, adapté du roman de E.M. Forster dont Neil dira " Quand je vis le film de Merchant-Ivory Chambre avec vue, E.M. Forster changea ma vie au-delà de toute reconnaissance". Libération est vendu à 400 exemplaires cette année là...




Amateur de littérature, de voyages, européen romantique, il parle de ces thèmes dans ses chansons en les drapant de poésie, d'humour, et d'orchestres symphoniques. De Francis Bacon à Honoré de Balzac, il sort l'album concept Promenade, dont le sujet est le séjour flashback de deux amoureux au bord de la mer, fort symbolique, notamment avec When the Lights Go Out All Over Europe qui rend hommage au Jules et Jim de Truffaut. Il y cite également Godard dans à Bout de Souffle "tu connais William Faulkner?" ou encore "my mission is to become eternal and to die", réplique du dit film.

1996, Casanova griffé de pop baroque et d'orchestrations symphoniques invite à découvrir le celebre libertin du 17ème siècle, toujours sur fond de littérature, comme sur The Dogs & Horses qui évoque Scott Walker ou tiré d'expériences personnelles avec Frog Princess, allusion à son aventure avec une animatrice de radio française.

1997, il rencontre le musicien Jody Talbot (saxophone et hautbois), un de ses fidèles complices depuis avec qui il partagera le succès du titre Something for the Weekend dans les charts anglais. Ce triomphe sera suivi par le splendide album A short album about love et son orchestre de 30 musiciens (Brunnel Ensemble), puis en 1998, Fin de siècle, album abouti et racé. Le titre National Express est imbu de classe. Fin de siècle est vendu à 60000 exemplaires en moins de 6 mois...



A secret History en 1999 témoigne du talent de l'irlandais qui prend toute son ampleur au milieu d'un ensemble de 100 musiciens.
2001, Divine Comedy signe Regeneration avec la participation de Nigel Godrich (Radiohead), qui laisse place aux guitares, flûtes, claviers comme sur Perfect Lovesong, chanson d'amour parfaite à l'image de l'album. Simon Little (Nick Cave et Ben Folds) rejoint Divine Comedy comme bassiste et contrebassiste.

Devenu papa de Mary Erin, Neil quitte Londres pour Dublin, un retour aux sources familiales qui lui inspire Absent friends en 2004. Là derechef, il nous cueille avec une série de chansons qui racontent des histoires, qui voyagent, font sourire et vibrer. Victory for a comic muse, référence au roman Avec vue sur l'Arno de E.M Foster, est signé en 2006. Ce bijou de compositions orchestrales est salué par la critique, gagne le Choice Music Prize (Victoires de la musique Irlandaise) et le label Divine Comedy prend acte.


A cette époque il se lie aussi au projet Cake Salé. Neil Hannon connait très bien la culture française, chante avec Françoise Hardy, Valerie Lemercier, travaille avec Air sur leur album Pocket Symphony, avec Yann Tiersen sur son album L'Absente et compose récemment pour Charlotte Gainsbourg (The Songs That We Sing).

Sublime pianiste et guitariste, merveilleux chanteur inspiré par Burt Bacharach et Bowie, dont il enregistre la reprise Life on Mars, il se rapproche de ses origines, joue avec son grand ami l'irlandais Duke Special (Piggledy 13/11/2008), avec un autre irlandais, Thomas Walsh, ensemble ils forment le groupe concept The Duckworth-Lewis Method (Piggledy 28/08/2009). Il participe au projet de l'écossais Stuart Murdoch pour la comédie musicale God help the girl ( Piggledy 03/12/2009).

2010, Neil Hannon a 40 ans, Divine Comedy a 20 ans et voici le dernier album intégralement composé et produit par le petit prince de la pop, Bang Goes The Knighthood sorti le 31 mai 2010.
SiteOfficiel


samedi 5 juin 2010

Darwin Deez


Avec sa voix de crooner, pleine de charme, Darwin Deez débarque comme un extraterrestre. Musicien accompli, jouant de la guitare et composant depuis l'adolescence, il est de manière claire une valeur sûre de l'electro-pop.
Il compose et enregistre les 13 titres de son album Darwin Deez chez lui sur ordinateur et micro. Il y a de quoi donner la chair de poule aux groupes qui pensent que le passage en studio d'enregistrement leur garantit une qualité supérieure et un disque de pro à la clé. Entouré de ses amis sur scène, Darwin Deez est excellent, efficace et méningé.

Ultra dansants, les titres se succèdent sans fautes, homogènes et ébarbés. Ce jeune new-yorkais est un phénomène cinglant d'humour, une sorte de comète qui balance des beats ignés comme sur par exemple Constellations et Radar Detector. Sa personnalité atypique et drôle m'a semblé évidente en flashant sur la pochette du disque. En l'écoutant, le lascar lumineux surprend, séduit, et cette dimension exceptionnelle se confirme. Il y a du Chemical Brothers, Phoenix, Adam Green, Ben Kweller et un peu même de Radiohead qui vient à l'esprit bien que son charisme munificent apporte une nouvelle (anti)matière au genre pop lo-fi.



Les hand-claps omniprésents, le son numérique des claviers et des rythmiques, mêlés aux guitares électriques et basses créent une atmosphère céleste et cosmique en parfaite harmonie avec le thème du disque : Constellations "twinkle, twinkle little star, how i wonder what you are there’s a million little lights when the sky turns black tonight, are there patterns in our skies, are patterns only in our eyes?", Up in the clouds "dizzy from lack of oxygen or from the mood you put me in…? up in the cloudy stratosphere, gravity’s weaker when you’re near", Bed Space "hovering alarm clock is my satellite
, under little specks of starlight, on a flight".

J'ajoute une mention spéciale pour la voix. Le chant de Darwin Deez, loin de la lallation, est une exploration sensuelle des cordes vocales. Véritable instrument, elle est à la fois émouvante d'intimité et énergiquement combative. L'artiste sait marier les mots, les accorder avec son chant d'une sensibilité et gravité fort capable d'allumer la mèche, telle que celle de Bomb Song.
Ce bougre de musicien et interprète stellaire est détonnant et son disque Darwin Deez sorti chez Lucky Number le 12 avril 2010, est une bombe.
Chorégraphe inspiré, il lance la danse du printemps, à faire pâlir Michael Jackson.
myspace