Translate

lundi 19 novembre 2012

Jens Lekman

Jens Lekman est à mes yeux un des maestro de la pop contemporaine. Le suédois installé à Melbourne depuis 2008 commence par la noble voie de l’enregistrement artisanal et fait maison de ses démos qu’il envoie ubi et orbi aux petits labels qui daignent péniblement y prêter attention. Sa démarche et sa volonté paie en 2004 avec la signature de son opus When I Said I Wanted to Be Your Dog sur le label américain Secretly Canadian. La même année sort la compilation Oh You're So Silent Jens comprenant ses démos, magistrales et mémorables comme Maple Leaves, Black Cab, Rocky Dennis in Heaven etc. 



Ces deux albums emplis de mélodies pop de génie sont ornés de trompette, violon, flûte, cor, violoncelle, batterie, guitares et piano que l’humble et discret Jens Lekman joue avec brio. Avec sa voix langoureuse, sensuelle et harmonieuse, les titres accrochent et font danser de l’Australie aux Etats-Unis. En suède il se place au top des ventes avec son troisième album Night Falls Over Kortedala sorti en 2007, sur lequel viennent enregistrer le chanteur Magnus Carlsson, les chanteuses Emma Bates, Frida Hyvönen, Ulrika Mild, El Perro del Mar. L’excellent Jens Lekman, auteur-compositeur, conduit ses orchestrations comme un chef, arrangeant les mélodies avec du trombone, violon, bongos, trompettes, accordéon, saxophone et harpe. Evidemment, il y a aussi du tambourin, du claquement de doigts et de paumes à gogo. 



Après son arrivée en Australie en 2008, Jens Lekman part en tournée aux Etat-Unis, sur le continent australien, en Europe et Asie, écrit pour le cinéma (Whip it de Drew Barrymore), enregistre avec Jose Gonzales, El Perro Del Mar, Vapnet, Ladybug Transistor avec qui il chante sur Here Comes the Rain. Lekman se fait plaisir en s’offrant des reprises d’artistes qu’il admire comme Roy Walker, Paul Simon, Stephin Merritt, Morrissey, The Left Banke, Jonathan Richman, Glenn Campbell, mais aussi le New-Yorkais Arthur Russell, éditant un EP de 4 covers sur lequel chantent les Hidden Cameras et Victoria  Bergsman des Concretes.

  

Suite au Ep de septembre 2011 An Argument With Myself, Jens Lekman revient en Août 2012 avec son tout dernier album I Know what Love isn’t. Toujours dans la même veine mélancolique, pop lumineuse et dansante, relevée par la présence de cuivres, de flûtes, basse, piano, harpe, guitares, percussions, le rire de Julia Rydholm la bassiste des Ladybug Transistor et la présence aux manettes de Gary Olson, Lekman aborde sa rupture sentimentale et signe 10 titres émouvants. I know what Love isn’t est classé au panthéon des disques Piggledy Pop ainsi que tous les autres albums de Jens Lekman. A écouter absolument. JensLekman