Translate

lundi 23 janvier 2012

Ewert And The Two Dragons

Ewert And The Two Dragons est un groupe estonien, qui compte quatre musiciens : Ewert Sundja au chant, clavier, Erki Pärnoja au chant, guitare, Kristjan Kallas aux percussions et à la batterie et Ivo Etti au chant, guitare, et basse. La formation initiale, Ewert, Erki et Kristjan, offre un premier album en 2009, The Hills Behind The Hills. Le succès est immédiat et Ewert And The Two Dragons gagne une jolie renommée qui passe les côtes de la Baltique, acclamé par les médias comme meilleur groupe d’Estonie en 2010. Après une série de concerts, de festivals, une reconnaissance de la presse rock, le groupe signe chez un petit label indépendant, I Love You records. En avril 2011, les trois membres de Ewert And The Two Dragons rejoints par Ivo partent en studio pour enregistrer le deuxième album Good Man Down dont la sortie est prévue le 30 janvier 2012.

Sailor Man by Ewert and The Two Dragons

Le disque est composé de dix magnifiques titres pop, qui tour a tour, emmènent dans un monde d’arpèges folk, de rythmes chaloupés et dansants, de voluptés médiévales dans les textes comme dans le nom de groupe (choisi par Ewert et sa femme). Les cordes vibrent avec les cuivres, le clavecin et le piano côtoient les trompettes. On pense aux groupes anglais, Teenage Fanclub, Boo Radleys, mais aussi à Elliott Smith dans notamment Falling. Chaque mélopée a son charme et sa brillance, chaque composition ensoleillée a du chien et de l’excellence. L’album est composé avec dextérité, très inspiré. Du piano délicat de Road To The Hill, à la douceur de Panda, au rythme entêtant de Jolene ou de Sailor Man, à la préciosité renversante de Burning Bush, Good Man Down enveloppe, surprend par tant de genres mêlés et maitrisés qu’on ne lâche plus une seule note.

Burning Bush (Live @ Nokia Concert Hall) by Ewert and The Two Dragons

Les textes romantiques sont touchants, les arrangements montrent tout le savoir faire des quatre artistes qui sont dans la musique depuis des années et comptent le rester. Musiciens de scène, les Ewert And The Two Dragons ont hâte de jouer Good Man Down en concert. Suite à une tournée automnale qui les a menés en Allemagne, Suède, Finlande, Autriche et Danemark, ils seront en France en Avril pour quatre dates.
EwertAndTheTwoDragons





mercredi 18 janvier 2012

Darren Hanlon

Originaire du Queensland, l’australien Darren Hanlon grandit en passant des après-midi chez un voisin prof de musique qui lui prête ses disques des Sex Pistols et des Smiths. Il entre en musicologie à l’Université et devient guitariste de 1994 à 1998 des Simpletons. Quand le groupe s’arrête de jouer, Darren devient le guitariste et clavieriste des autres groupes du label des Simpletons : les Lucksmiths et les Deerhunters. Très vite le créateur du dit label Candle Records, Chris Couch, lui demande d’enregistrer ses propres chansons sur cassette et en 1999, Darren Hanlon se lance en solo avec l’EP Early Days, suivi de l’excellent EP Hiccups, qui contient un de ses plus beaux titres Eli Wallach. L’acteur Eli Wallach a d’ailleurs eu la délicatesse d’accepter l’invitation de paraitre dans la vidéo de I Wish That I Was Beautiful For You. (vidéo en fin de chronique)



Ses compositions pop acoustiques vont le mener aux Etats-Unis où la radio nationale passe le dernier titre de Early Days, interprété au banjo, Falling Aeroplanes . Sa prestance, sa fraicheur et son insouciance sont libérées sur scène mais aussi dans ses paroles et ses instrumentations ornées de flûtes, cor, metallophone, d'orgues et de trompettes. Alors qu’il enregistre l’album Hello Stranger en 2002, il travaille un autre album en binôme avec la multi-instrumentaliste Bree van Reyk. Ensemble, ils composent des mélodies gaillardes aux arrangements joyeux, écrivent des textes touchants comme sur Brooklyn Bridge ou encore I Wish That I Was Beautiful For You et enregistrent l’album Little Chills à Tucson en 2004. Ils feront une grande tournée en Australie, Etats-Unis et Europe pour le présenter. C’est là que Darren s’installe pendant sept mois en emménageant à Oxford. Au cours de son aventure européenne, il jouera au sein du groupe Ladybug Transistor comme guitariste pour une tournée en Scandinavie. Puis il rejoint les Magnetic Fields pour une série de concerts à New-York.

ButterflyBonesMP3

En 2004, Darren Hanlon retourne en Australie et avec la collaboration de ses amis Bree van Reyk, le pianiste et trompettiste Cory Gray, et le guitariste des Lucksmiths, Mark Monnone, il signe l’album Fingertips and Mountaintops. Les guitares sautillantes, la trompette, les percussions et les claviers offrent un album joyeusement pop, parfait, percutant. Il sera joué par la troupe d’amis partout en Europe en accompagnant derechef les Magnetic Fields en tournée. Avec une énergie infinie, son insatiable besoin de jouer et composer, Darren Hanlon publie en vinyle le superbe Electric Skeleton et l’année suivante en 2009, un disque compilant les singles et des inédits, Pointing Rayguns at Pagans. On y découvre des thèmes romantiques, des mélodies élégantes, une classe terrible dans l’interprétation et dans sa voix saisissante.

ElectricSkeletonMP3

2012, le dernier album I Will Love You At All est plus que jamais l’album qui correspond à Darren Hanlon, qui dévoile tout le charme de son univers amusant via des partitions de ukulélé, d’orgue, évoquant ses lectures, ses musiques allant des Beatles à Elvis son harmonica, proposant des titres rythmés, dansants, parfois mélancoliques, parfois psychédéliques. L’influence des amis qu’il a accompagnés, les Lucksmiths, les Ladybug Transistor et Billy Bragg, avec en bonus un clin d’oeil aux Smiths, est resplendissante. Album dorloté par Piggledy Pop et conseillé !
DarrenHanlonSiteOfficiel



vendredi 13 janvier 2012

Bikini Machine

Bikini Machine, combo rennais, signe en 2006 un superbe album intitulé Daily Music Cookin’ with Bikini Machine dont est extrait La pharmacie anglaise, titre qui marie des choeurs de surfers, un chanter-parler, des claviers vintage et guitares sixties.

Bikini Machine c’est du groove, de la soul, du funk, du big-beat, de l’electro, du jerk, du rock surf, du rock vintage etc. Leur culture est riche, leurs influences divines, des Sonics à Dutronc (dont ils ont fait un album de reprises en 2005, Bikini Machine joue Dutronc). C’est aussi Austin Power, John Barry, J.J Perrey, l’inspecteur Harry, Hawai Police d’état, la tiki lagoon…etc. Ils aiment le cinéma des années 60 avec, par exemple, le film Doctor Goldfoot and the Bikini Machine.

PharmacieAnglaiseMP3

Le groupe, Fred Gransard au chant, batterie et claviers, Mik Prima à la guitare, batterie et claviers, Patrick Sourimant à la basse et chant, Franck Hamel à la guitare et chant, et Sam Michelaux platines et claviers, a de sacrées références.
Les Bikini sont Rock’n Roll. Du Rock’n Roll et dans l’absolu, du bon.
Pour sûr, un remède tel que La pharmacie anglaise nous pousse à la consultation et aux feuilles de soins à gogo. Ce titre rend hypocondriaque.
Et comme pour une piqûre de rappel, les Bikini Machine reviennent en 2009 proposant un album pop yéyé, rock et jerk, The Full Album avec la collaboration de Jon Spencer. Rennes a plus d’un tour (et d'un biniou) dans son sac et ça swingue sixties dans les chaumières bretonnes.
BikiniMachineMyspace



Ou vont les cons, avec Mickey 3D

mardi 10 janvier 2012

A Cake A Room

Les cinq membres du groupe rennais offrent leur opus Steve mac Queen on the Top of my Heart en 1999, avec un son non remixé, brut et clair. A cake a Room, formé en 1994, l’enregistre en une prise, dans les conditions d’un live et réitère l’opération en 2000 avec That’s not Vaudeville, aussi osé et enthousiaste. Le choix des enregistrements spontanés, faits en une nuit, donnent encore plus un effet roots et old-school aux mélodies qui sont déjà griffées folk des sixties. Les A Cake a Room véhiculent un monde musical digne des bayous, de l’Ouest Américain tant par les sonorités americana que par les thèmes des chansons qui oscillent entre la ruralité américaine et les hommages à Buddy Holly, Steve mac Queen et Sugar Ray (Robinson).

WaytotheleftsideMP3

Leur univers country est agrémenté au fil du temps de quatre autres musiciens et le club des neuf ajoutent des choeurs, des claviers, du banjo, des guitares à volo, de l’orgue et des cuivres aux compositions. Tournant et jouant sur les scènes françaises, A Cake a Room, avec la complicité de Fred G. des Bikini Machine, peaufinent en 2004 leur dernier album Cutless Supreme aux accents pop-rock beatlesien parfois psyché saupoudrés de notes de blues .
Groupe scénique par excellence qui offrent trois albums qui font résonner la chaleur du canyon avec un chant enivrant et les arpèges stylés Lou Barlow et Lou Reed, les A Cake a Room silencieux depuis trop longtemps devraient redorer les éperons, faire siffler les cordes de guitares et se mettre «En selle cow-boys !»
ACakeARoomLabel

lundi 9 janvier 2012

Luke Temple

Auteur-compositeur et interprète originaire du Massachussetts, Luke Temple part étudier aux Beaux-Arts de Boston, déménage à New-York où il écrit son premier EP éponyme en 2004. Autodidacte, ses chansons sur cassette atterrissent sur le bureau du label de Seattle, Mill Pond Records avec lequel Luke Temple signera alors deux disques Hold A Match For A Gasoline World en 2006 et le fabuleusement pop Snowbeast en 2008.
Son grain de voix proche de celui de Paul Simon ou de Nick Drake, son univers folk inspiré, inventif, force le respect de Ben Gibbard (Death Cab for Cutie) : "One of the prettiest voices in all of indie rock, hands down" et de Sufjan Stevens : "Luke Temple has one of the most beautiful voices in pop music".

SomeoneSomewhereMP3

Son don pour la composition et son charismatique talent d’interprète, qu’il propose désormais avec un groupe de musiciens sur les scènes américaines, sont salués par la presse. Tandis que le Rolling Stone dit que la voix de Temple rappelle celle d’Eliott Smith, le New-York Times écrit "Mr. Temple isn't part of any particular school — not even that all-purpose new songwriters' catchall, freak-folk — and his private world is fascinating."

Cette année Luke Temple revient avec un troisième disque Don't Act Like You Don't Care, composé à la même époque que le premier Hold A Match For A Gasoline World qui remporte un tel succès que le temps se suspend à sa promotion.
L’année 2006 est un marathon de scènes et de projets pour Luke Temple qui collabore à Revolver Reloaded, bijou de reprises du Revolver des Beatles, sur lequel il reprend Doctor Robert.

DoctorRobertMP3

Depuis sa renommée grandit, Luke Temple compose des titres variés ; Il cherche de nouvelles pistes pour fleurir le genre musical folk et réussit avec brio de se dénoter de ses pairs. Il sait créer une atmosphère qui lui ressemble, sincère et humble, qui nous devient familière et chaleureuse à l’écoute des trois disques. Les arrangements nourris de banjos, de cor, de flûtes, d’accordéon, de claviers, de percussions et de guitares, démontrent toutes ses qualités de musicien. Luke Temple est un mélodiste de génie qui est doté d’une voix pleine d’harmonies.
LukeTempleMyspace

Extrait de Don't Act Like You Don't Care. So long, so long, Performed live at the VIVA Radio studio in Park Slope, Brooklyn.


Here We Go Magic

jeudi 5 janvier 2012

Marc Gauvin

D’origine bretonne, Marc Gauvin est revenu vivre en France, à Rennes et à Paris après avoir vécu quelques années à Bristol. De son aventure anglaise sans perdre en route son envie d’écrire en français, est née une collaboration fidèle avec ses amis Jim Barr des Portishead, Tommy Payne, John Baggott, John Dent et Jesse D.Vernon de Morning Star qui travailleront avec lui sur chacun des disques. (morningstarPiggledypop)

Le premier disque de Marc Gauvin, Maline Chloé, de 1999 est suivi du somptueux Femme Légère de 2001 sur lequel parait Je suis ton mec, ballade pop dans la veine du Velvet Underground dont la vidéo (ci-jointe) tournée à Bristol, est signée Maria Mochnacz (vidéaste de PJ Harvey).
Puis en 2002 sort Tam-Tam de l’Amour, aux accents bossa-nova, qui offre une orchestration magnifiquement pop assurée par la même fine équipe d’amis musiciens, Jesse Morningstar au slide, Jim Barr à la basse, guitare, banjo et sitar, à laquelle s’ajoutent des flûtes, du cor et tuba, de la clarinette, John Dent à la trompette, John Baggott au piano, Tommy Payne à la batterie, Kevin Byrne à la guitare et Adrian Atley au moog. Tam-Tam de l’Amour est salué par la critique qui le classe très Gainsbourgien tellement les titres poétiques de Marc Gauvin entrent avec élégance dans l’univers du grand Serge, comme dans le morceau Colle un bout de sparadrap. Les thèmes évoqués, romantiques, font résonner sa vie anglaise dans Blue Note, Tout là-bas, Pour prendre le thé et son attachement à la France dans Lili Eiffel. La superbe voix chaloupée et sensuelle de Gauvin revient en 2005 avec le disque Nadja, puis le dernier jusqu’alors, N°5 sorti en 2008, tous les deux aussi subtils, mélodiques, dignes ambassadeurs de la french pop.
Car Marc Gauvin ne lésine pas sur les concerts et les festivals des deux côtés de la Manche, ses chansons sont diffusées sur FIP et France Inter mais ses excellents albums sont bien trop confidentiels pour toute la qualité musicale et la valeur artistique qu’ils symbolisent.
Le jour où les médias français qui tiennent le pavé (et les pavés) réaliseront que dans l’univers pop-rock le talent ce n’est pas Cali qui monte sur les tables, ils auront cheminer.
marcgauvinMyspace