Translate

vendredi 15 novembre 2013

The City and Horses

Groupe de Philadelphie, The City and Horses est conduit par l'auteur compositeur et interprète Marc Cantone alias Marc Louis depuis 2008 pour signer l'opus dès 2009 I don't want to dream enregistré à Brooklyn. Marc qui assure les percussions, la guitare, l'orgue et le chant s'entoure de sa troupe qui fleurit ses compositions de flûte avec Domenica Fossati, d'une basse avec Joshua Siegel, d'un harmonica avec Matt Schatz, d'un violoncelle avec Katie Ender, d'une contrebasse avec Matt Schatz. L'ensemble de musiciens offre une pop orchestrale joyeuse et dansante grâce aux textes naifs qui narrent les souvenirs d'adolescence avec toupet, entrain et humour. Utilisant un champ lexical enfantin, les thèmes sérieux sont traités avec légèreté tout au long des chansons comme sur Pierre The Arab, Your father's Factory, I'll Marry You qui nous emmènent dans un style pop alternatif proche de celui des Belle and Sebastian. En 2011, The City and Horses sort le fabuleux album de 10 titres We Will Never Be Discovered qui est une réussite certaine. Là encore, la griffe des producteurs Aaron Nevezie et Chuck Palmer y est belle, le talent de Marc y est au zenith. L'espiéglerie s'entend jusqu'aux arrangements, malins et contemporains, avec Aaron qui passe de la production à un rôle de bassiste dans le groupe pour un ravissement absolu. A la troupe se greffe la saxophoniste Nikki D'Agostino, Dave Eggar au piano, Deborah Smith au chant, Jessica Eisenberg au violon, Jacob Bergson à l'orgue, Jason Domnarski au piano et la new-yorkaise Katie Costello qui aborde les 3 duo The Company, Inc, Dum Dee Dum et We've Said it Before avec Marc. Le tempo coloré et chaleureux, les variations dans les mélodies, les arrangements solides montrent que Marc Cantone, également producteur d'émissions à la télévision pour les enfants a de multiples cordes à son arc. 

Les cordes de guitares, de basse, de violon, clavecin, violoncelle, sont de retour en juin 2013 avec le superbe album Strange Range. Les 11 titres qui ornent le disque sont orchestrés avec raffinement et un esprit pop encore plus fruité et ensoleillé. Comme We Will Never Be Discovered, la rythmique des basses et de la batterie est fraiche et dansante. Strange Range pose les cartes avec le titre Whip, sensuel, harmonieux qui est suivi par l'excellent 17, la mélodie langoureuse habillée de flûte sur Pretty Pretty où le chant de Marc est impeccable, sensiblement travaillé et en progression et où son sens de l'humour épingle avec intelligence la consommation de drogue "I know I've been acting weird, But I have my reasons, And one of them is not a girl or the drugs I snort up my nose, No I don't do drugs and the girl that I got is fine".
Du mellow adorable de Strange Range au son synthétique, moderne de re-Inking jusqu'au vaporeux groove de Kawaii Dance, The City and Horses s'affirme et confirme son talent kaléidoscopique pour la composition et ce don faussement innocent pour le sarcasme ou le romantisme dans les paroles en surface naives. Techniquement parfait, les mélodies y sont belles et efficaces, Strange Range est une des plus belles productions de l'année 2013 et classe The City and Horses, désormais installés à New-York, au top du genre pop, alt rock, orchestral ou twee pop... Chacun y trouvera son compte.  


//