Translate

samedi 21 janvier 2017

Anthony Atkinson & The Running Mates

Depuis une semaine, mes oreilles sont nourries de Broken Folks que je viens de recevoir, superbe album d'Anthony Atkinson and the Running Mates mais aussi de ses deux premiers albums (Thank you so Mark!). C'est actuellement les longs congés d'été en Australie et à l'écoute de Broken Folks pris sous l'aile du fabuleux label Lost & Lonesome, on a les pieds dans l'eau et le bout du nez rougi par les UV.
Anthony signe en 2003 Come Home For Autumn suivi en 2006 de Loyalty Songs chez Candle Records. Je suis amoureuse de ces deux albums, deux pièces pop magnifiques remplies de mélodies arrangées avec soin dans la veine des compatriotes Lucksmiths & Co. Les musiciens se connaissent bien, jouent ensemble depuis des années, Anthony Atkinson a écrit le titre Smokers in Love sur Staring at the Sky des Lucksmiths enregistré en partie à Paris en 2007, chez Wilfrid avec la participation et l'ingéniering d'Etienne Jaumet. Les Lucksmiths sont aussi présents sur ce dernier bijou pop d'Anthony Broken Folks, ainsi que d'autres musiciens de The Zebras et Mid-State Orange.



L'auteur-compositeur excelle depuis des années dans la composition, l'interprétation, usant ses semelles sur scène inlassablement sous le pseudo d'abord des Simpletons puis de The Mables. Candles Records nait en 1994 à Melbourne sous le patronat de Chris Crouch, guitariste et producteur des Simpletons, première signature du label qui compte dans ses rangs des musiciens locaux. Dans cette jeune formation on retrouve Darren Hanlon et David Trump. Le label continuera de concocter les albums des Lucksmiths, Darren Hanlon, The Girls From The Clouds, Mid-State Orange, The Small Knives, Jodi Phillis, Tim Oxley, Stella One Eleven et le fabuleux Ruck Rover aka Fred Astereo, aka Man In The Wood, aka The Fish John West Reject, aka Tlot Tlot, le "mystère australien" en la personne de Stanley Paulzen, musicien fantastique, ma pop-star favorite de l'underground, qui tient les rênes du label Lost & Lonesome .
Lost&LonesomePiggledyPop2010
LucksmithsPiggledyPop2008
DarrenHanlonPiggledyPop2012
FredAstereoPiggledyPop2008



Je me suis délectée donc cette semaine dans le froid parisien de cette pépite de 10 titres, qu'au delà du bol d'air pop, je qualifierais de soupière pop, une marmite de sonorités indie orchestrées et arrangées avec de l'âme et du charisme. Les guitares dominent, dans la tradition indie avec des line-up brit-pop parfois americana et des textes ficelés, imagés, qui trottinent sur la pointe des pieds. Attaquant avec I lost my Way, I found a Friend, la rythmique galopante emporte illico. La trompette et la batterie élève le tempo soutenu par un texte sur la rédemption somptueusement pop. Puis Calm & Collected vient chatouiller nos lobs avec sa douce mélodie qui habille le thème du lien qui dégénère avec un voisinage, ornée d'envolées de cordes et cuivres. Suit It Radiates qui révèle la sensibilité d'enseignant qu'est Anthony dans la vie et un certain engagement humain où resplendit toute la dextérité du bassiste Marty Donald (Lucksmiths).



La buccolique Lake bondit sur les guitares dont le line-up est assuré par Louis Richter (Lucksmiths, Mid-State Orange) et le chant d'Anthony, qui décrit joliment la dégradation d'une relation via les métaphores des éléments naturels. Le dépaysement poursuit avec Her Place, qui évoque le déracinement géographique et familial sur des accords grandioses des Running Mates qui me rappellent l'univers des Lloyd Cole & Commotions et des Dexys Midnight Runners. Some Border Town et son banjo magique joué par Chris Baker est un duo brillant d'Anthony et de Kimba Mitchell, son amie de longue date (The Mabels) offrant une ballade qui sort de son écrin pop folk à ce moment de l'album. La tête se remet à dodeliner fébrilement sur les guitares country de Into Night Again qu'Anthony a composé ayant en mémoire l'adaptation de Wilco du titre de Woody Guthrie, California Stars et qui se clôt sur une partition de trompette succulente. Le rythme continue avec Trade Winds qui parle d'exil et Labour Day qui évoque une employée courageuse qui songe en travaillant à des ailleurs. Les mélodies s'enchainent, belles et touchantes, celles qui fonctionnent si bien pour mettre les fans de pop à genoux ; Un coup de maitre d'Anthony Atkinson qui conclût avec le morceau émouvant acapella Broken Folks.
J'ai appris hier que Melbourne venait de subir trois attaques terroristes dans la journée. J'espère que 'Tout' le monde va bien.
AnthonyAtkinson&TheRunningMatesOnLost&Lonesome