Translate

samedi 4 février 2017

Guillaume Stankiewicz

Je parlais de Guillaume Stankiewicz ici après l'avoir découvert sur le net puis lors du Disquaire Day 2016, petit concert public offert chez le disquaire A la Fabrique des Balades Sonores à Paris. C'est un réel coup de coeur et je suis ravie de constater qu'il est partagé par d'autres amateurs de 'très belle' musique indépendante comme l'organisation La Souterraine qui propose à Guillaume de ressortir de derrière les fagots d'anciennes chansons. Cette initiative est donc mise en forme sous le nom d'album Les Années paru le 16 janvier 2017.
Véritable keepsake pop, une sorte de roudoudou musical qu'on savoure sur 11 titres, je redécouvre les couleurs de Guillaume Stankiewicz aussi poivrées que pastels avec un univers artistique somptueux.
Ce que j'apprécie en particulier, c'est le charme poétique dans le langage et la préciosité des harmonies que j'aime dans les premières chansons de Philippe Katerine, Dominique A, Jean-Louis Murat, Louis Philippe, et bien sûr Serge Gainsbourg. Parallèlement au fait d'assumer sa langue natale et de la faire vivre en musique, l'artiste français a son propre univers, reconnaissable et griffé. Sa voix singulière et charismatique accompagne harmonieusement les instruments, met en valeur des textes qui résonnent et déjà sont chantants ce que je décrivais il y a quelques mois "Guillaume joue avec les mots qu'il mélange avec dextérité aux mélodies et à l'instrumentation en osmose avec les thèmes, comme sur Nous ne sommes personnes où les 'pam pam pam' animés des choeurs enluminent la musicalité et le lyrisme diantrement et sacrément diablotins. C'était vous, familiers termine l'écoute en blindant de romantisme cette magnifique chanson, du petit lait pour les 'fleur-bleue' et en délivrant des paroles sublimes, portées par un chant tout aussi harmonieux et exquis."
GuillaumeStankiewicz-PiggledyPop



Les années commence avec le titre Qui d'autre déjà présent sur l'éponyme de 2014, comme La nuit et Si je savais qui suivent. Apparait aussi le titre Sans cesse et sans bruit paru sur l'EP du même nom au printemps 2016 sur lequel Guillaume s'entoure de Jean Thévenin alias Jaune ( et François & The Atlas Mountain), de Sophie Deshayes à la flûte, de Gael Duguet ( alias On a White Lane) à la guitare et de Zorica Stanojevic au violon. Le musicien a le don, ce sacré talent pour mêler joie et nostalgie, comme sur les 'vieilles nouveautés' telle que En chantant très fort qui s'adresse à son père avec qui il chante, me ramenant inévitablement à des souvenirs personnels mais qui objectivement est un bijou acoustique où voix et guitare argumentent et imagent une tendre complicité. Le plaisir continue de sautiller avec Come along with me, le seul titre en anglais, où les choeurs sautillent guillerets sur une mélodie stylée années folles. La crevasse arrive majestueuse, variant sur les thèmes favoris qui dessinent la poésie de Guillaume avec 'ses pas', 'la nuit', 'le ciel', son adorable 'vous', l'histoire du temps, de la distance, de la danse, évoqués toujours avec cette intense élégance.



Puis Dehors peint une nostalgie claire et heureuse celle qui rassure parfois, où tous les sens sont titillés. Orné de voix en chorale, le titre french pop offre un refrain en anglais 'à l'accent irréprochable' et de savoureux claviers qui chatouillent les cordes. La délicatesse des accords et la douceur du grain de voix continuent de souffler des notes magiques sur Solaire, vibrante. La version de Sans Cesse et sans bruit revue avec de nouvelles rythmiques est pleine d'inventivité et reste quelque soit ses arrangements une ode à la pop, marquant le génie de composition de son auteur. Le pastoral et amoureux Parti et revenu joue au yoyo avec ses allers et retours sensuels dans les mots et dans la construction évolutive de la partition de l'orgue et de la guitare. Our Dance conclut magnifiquement sur les cordes et le chant qui fait du hula hoop et danser la mélodie, un bijou alternatif pour finir en volupté. Ce grandiose et crépusculaire Les Années qui, sur le chemin prometteur de Guillaume Stankiewicz, offre un détour, une traboule pop pour déposer des petits cailloux blancs et laisser une bien belle marque de son passage.
GuillaumeStankiewicz