Translate

samedi 11 février 2017

Jens Lekman

Le suédois Jens Lekman revient fort et puissant. Le 17 février 2017 paraitra son troisième album Life Will See You Now, suite à When I Said I Wanted to Be Your Dog de 2004 et Night Falls Over Kortedala de 2007. Ce maestro de la pop comme je le nomme souvent est actif, fertile et signe d'autres mélopées entre ses albums comme Oh You're So Silent Jens en 2005, travaille avec d'autres artistes Jose Gonzales, El Perro Del Mar, Vapnet, Ladybug Transistor, The Concretes etc et concocte une chanson par semaine depuis le début de l'année 2015 réunies sous le nom Postcards offrant ainsi 52 pépites pop qu'il décrit :
"Here’s my new years resolution for 2015: While working on my next album, I will sit down once a week, write down my thoughts, turn them into a song and share it with you directly. Think of these songs as little postcards. Little greetings from me to you. (...) And I’ve been longing to share my thoughts and life with you a bit more. I’ve been longing to write about things that make sense one particular day but that might make no sense once the album comes out. Then at the end of this year we can sit down you and me and listen through these 52 songs, and remember where we were and when we were there, who we kissed and who we missed. I’m looking forward to that."
JensLekmanPiggledyPop2012



L'année a été éprouvante et elle l'a été aussi pour ce génial auteur-compositeur, décrit comme troubadour parce qu'il a ce don de nous emmener dans ses chansons, écrivant si bien ses histoires en un temps réduit et sachant ornementer ses textes de mélodies alternatives furieusement harmonieuses. Dès l'entame de l'album avec To Know Your Mission, s'entendent ses influences disco, funk, indie pop, les Kinks, Velvet Underground, Byrds, et met cette matière, cette manière, qu'ont les artistes suédois d'utiliser des instruments traditionnels pour les faire muer en outils modernes. Aux premiers mots et notes de Jens Lekman pose le décor et l'époque, avec son humour, son don de la narration, il nous propulse en 1997 'Through a clear-as-crystal Gothenburg morning', quand le jeune Jens croise un mormon qui prêche dans la rue "To have a dream, A GPS in your heart, A path to follow, Through the dark, Well, Jens says I write songs sometimes, But they're kinda bad, So if that doesn't work out, I want to be a social worker just like my dad, I just want to listen to people's stories, Hear what they have to say".



Evidemment, le rythme emporte et souffle des airs dansants. C'est un délicieux Evening Prayer qui suit, virevoltant d'arrangements sur un texte évoquant le cancer comme Jens aime composer des notes entrainantes quand le thème l'est moins, traité avec des connotations sarcastiques 'How I pray that I could stop the pain, When the pain needed more than ibuprofen.' Puis Hotwire The Ferris Wheel continue d'envelopper par son tempo sensuel et sa basse coquine qui groove sur les violons, titre orné de sous-entendus qui prêtent à rosir des pommettes sur fond de bord de mer au milieu des rollercasters et merry-go-round 'The lonely cry of a seagull (You say), I say, "Let's do something illegal, Let's get ourselves in trouble'. L'ambiance sensuelle continue avec What’s That Perfume That You Wear? où la mélodie trottine tropicale sur la lavande, la lotion solaire, citron, vetiver au sortir de la douche à l'hôtel. La chanson comporte un sample de The Path titre de Ralph MacDonald, 1978 “one of my favourite records ever" dit Jens.



Du soleil ardant, de la sunshine pop aux effluves de l'hémisphère sud comme sur Our First Fight, Jens nous ramène en Bretagne avec Wedding in Finistère. J'ai vu il y a quelques mois une vidéo de Jens, invité à un mariage de deux fans français. Mon petit doigt me dit que la chanson leur est dédiée. 'I was booked for a wedding on the coast of Finistère, After the rehearsal I took a walk down to the harbor, They say, "This is where the world ends", Or maybe where it's beginning', métaphores subtiles pour décrire le mariage. Suit How We Met, dansant et éclatant de couleurs avant un How Can I Tell Him, balade griffée Lekman qui fait étinceler les cordes des guitares, violons, piano et une basse royale qui sur les bongos, décoche une mélodie émouvante. Arrive une des chansons hebdomadaires de 2015, Postcard #17, avec sa batterie gaillarde, ses rythmiques qui subjuguent et ensorcellent.
Le somptueux Life Will See You Now, caressé par la patte du producteur Ewan Pearson (M83, The Chemical Brothers, Goldfrapp) se termine sur Dandelion Seed qui évoque la fabuleuse 'Lisa' bien connue des fans de Jens Lekman qui nous comble encore une fois. Piggledy Pop classe l'album dans son panthéon de disques pop qui dorlotent si joliment les oreilles.
JensLekman



Concert filmé en 2007 à Malmö avant le départ de Jens Lekman d'Europe pour partir vivre en Australie.